Conclusion positive du projet de renforcement des capacités en Côte d’Ivoire

Bonn, 25 novembre 2019 – Grâce à un cofinancement du Fonds des petites subventions de l’AEWA, le Ministère des Eaux et Forêts (MINEF) de la Côte d’Ivoire a mis en œuvre avec succès un projet de 2 ans visant à renforcer les capacités nationales en matière de conservation des oiseaux d’eau et de leurs habitats. Le projet ciblait principalement le renforcement des capacités en termes de suivi et de gestion durable des oiseaux d’eau et de leurs sites critiques, la sensibilisation des populations aux oiseaux d’eau migrateurs et à leurs habitats, et le renforcement de l’implication des communautés locales dans la gestion durable de ces ressources naturelles.

Le projet a contribué à renforcer la collaboration entre les trois principales agences gouvernementales en charge de la gestion des sites d’importance pour les oiseaux d’eau migrateurs, à savoir le MINEF, la Société de Développement des Forêts (SODEFOR) et l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR). Une réunion et un atelier regroupant des personnalités de haut niveau des trois organisations, ont permis de planifier de manière efficace des activités liées au projet et de garantir l’engagement des agences à prendre en compte les sujets concernant les oiseaux d’eau migrateurs et les zones humides lors de l’élaboration de plans de gestion et de développement de sites. Par ailleurs, la réunion a permis de nommer despoints focaux au sein de chaque institution, responsables des sujets liés à la conservation des oiseaux, et d’élaborer des directives relatives au suivi des oiseaux d’eau en Côte d’Ivoire.

Deux ateliers de formation sur l’identification et le recensement des oiseaux d’eau, la gestion de bases de données et les méthodes de sensibilisation constituaient une des principales activités du projet. Environ 26 gardes forestiers et volontaires ont été formés à Adiaké, avec une excursion dans la forêt classée de N’Ganda-N’Ganda (sud-est de la Côte d’Ivoire), tandis que 34 autres étaient formés à Daloa, avec des excursions pratiques dans la zone humide de Guessabo (ouest de la Côte d’Ivoire). Dans tous les sites, des évènements de sensibilisation ont été organisés pour diverses communautés locales, dont une réunion pour les pêcheurs et la population riveraine à Guessabo, ainsi qu’une excursion pour environ 30 écoliers et leurs professeurs au site Ramsar de N’Ganda N’Ganda, dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale des oiseaux migrateurs 2017. Des affiches d’information, des livrets, des prospectus, ainsi que des t-shirts ont été créés et distribués afin de soutenir les activités de sensibilisation du projet. 

En outre, dans le cadre du projet et en relation avec le Recensement international des oiseaux d'eau, des décomptes annuels des oiseaux d’eau ont été effectués en 2017 et en 2018 par la Direction de la Faune et de la Chasse du MINEF, l’OIPR et la SODEFOR, en collaboration avec l’Unité de Formation et de Recherche Biosciences de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, l’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa et l’Université Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo. En janvier 2017, 12.000 oiseaux au total, appartenant à 60 espèces différentes, ont été recensés dans 22 sites côtiers et intérieurs à travers le pays. En janvier 2018, plus de 13.000 oiseaux appartenant à 56 espèces différentes ont été recensés dans 20 sites. Ce dernier recensement incluait quatre nouveaux sites d’importance pour les oiseaux d’eau, identifiés au cours du projet : le lac du Barrage de Soubré, dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire, les barrages de Sologo et de Korhogo dans le nord du pays et la zone humide de Guiglo, située à l’ouest de la Côte d’Ivoire. Certains de ces nouveaux sites sont en cours d’examen pour être nommés sites Ramsar, afin de promouvoir l’utilisation et la gestion durables des ressources naturelles qu’ils recèlent.

Au cours des recensements des oiseaux d’eau, de graves menaces ont été observés sur certains sites, dont l’empiètement par la construction de bâtiments sur les sites des oiseaux d’eau, le braconnage des oiseaux, comme en témoignent par exemple les nombreux pièges à oiseaux repérés dans la zone humide du Grand-Bassam, et l’invasion des plans d’eau par des plantes aquatiques, comme observé aux lacs de Yamoussoukro. Ces menaces doivent être traitées en continuant à sensibiliser les populations locales.
  
Le Secrétariat PNUE/AEWA félicite le Ministère des Eaux et Forêts de la Côte d’Ivoire et ses partenaires pour avoir mené à bien ce projet et pour les excellents résultats et leur souhaite du succès dans leurs futures activités liées à la gestion des oiseaux d’eau et de leurs habitats.

 

Informations complémentaires :

Le Fonds de petites subventions de l’AEWA

Le Fonds de petites subventions de l’AEWA a permis jusqu’à maintenant d’aider une vingtaine d’organisations gouvernementales et non-gouvernementales de 17 pays africains à financer de nombreux projets de conservation promouvant la mise en œuvre de l’AEWA dans des pays en développement et des pays en transition. Le Fonds de petites subventions de l’AEWA est actuellement suspendu, en attente de financement. Les opportunités de subvention seront le cas échéant postées sur le site web de l’AEWA.

Last updated on 27 November 2019

Type: 
News item
Country: 
Côte d'Ivoire
Region: 
Africa
Species group: 
Birds