Les icônes des zones humides et des prairies d'Afrique ont besoin d'une approche à multiples facettes pour assurer leur avenir

Article rédigé par Kerryn Morrison, Coordinatrice du Groupe de travail international de l'AEWA sur la grue couronnée grise

Bonn, 22 septembre 2022 - Les grues couronnées grises, icônes des prairies et des savanes d'Afrique, sont présentes dans 15 états de l'aire de répartition en Afrique australe et orientale. Dépendantes des zones humides pour leur reproduction, les grues couronnées grises se nourrissent dans les habitats naturels des zones humides et des prairies dans le bassin versant ou dans les terres agricoles adjacentes. Elles sont classées comme étant en danger sur la liste rouge de l'UICN et ont diminué de 80 % sur une période de 25 ans. En se concentrant sur la lutte contre les principales menaces pesant sur l'espèce, notamment la perte d'habitat, les perturbations causées par le bétail et les personnes, et le commerce illégal de grues en captivité, un plan d'action international a été élaboré et approuvé lors de la 6e réunion des parties de l'AEWA qui s'est tenue à Bonn, en Allemagne, en 2015.

Les Parties contractantes de l'AEWA et les partenaires, dont des représentants d'autres traités internationaux, des organisations non gouvernementales internationales et nationales ainsi que des experts de la communauté scientifique, doivent se réunir à nouveau à Budapest, en Hongrie, du 26 au 30 septembre 2022, afin de décider et d'agir sur des mesures urgentes pour la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie tels que la Grue couronnée grise.

Le slogan officiel de la MOP8 - Renforcer la conservation des voies de migration dans un monde en mutation - traduit la nécessité pour les Parties à l'AEWA d'utiliser cette MOP et de prendre des décisions collectives afin d'assurer des ressources plus importantes pour la mise en œuvre et l'exécution de l'Accord, à travers des périodes particulièrement difficiles avec les questions mondiales urgentes liées au changement climatique, à la perte de biodiversité et à l'évolution des priorités, notamment en raison de l'impact de la pandémie de COVID-19. Le renforcement de la conservation des voies de migration ne peut se concrétiser qu'avec un financement durable, une conformité et une mise en œuvre accrue.

L'évolution du climat, qui se traduit par un nombre beaucoup plus important d'inondations et de sécheresses, et la récente pandémie de Covid, ont mis en évidence la nécessité réelle d'améliorer la résilience des communautés au sein des paysages où l'on trouve des grues couronnées grises.  Si l'on ne modifie pas durablement les pratiques agricoles actuelles, le besoin croissant de terres agricoles à mesure que la population humaine augmente et que la fertilité des sols diminue dans les hautes terres entraînera un empiètement encore plus important sur les zones humides.  La menace qui pèse sur les grues est d'autant plus grande que les conflits entre l'homme et la faune sauvage ont augmenté en raison des dégâts que les grues causent aux cultures, qu'ils soient perçus ou réels.  Tout dommage aux cultures est devenu un point de discorde, et nous constatons une augmentation des empoisonnements et de la persécution des grues dans toute leur aire de répartition.  En plus de tout cela, nous prenons conscience de la menace croissante que les lignes électriques et les infrastructures associées font peser sur les grues, ainsi que du marché illégal du commerce des grues en captivité, qui semble se développer à nouveau.  La nécessité d'adopter des approches de conservation adaptatives dans un monde en mutation est plus évidente que jamais.  Le suivi de notre impact est également devenu une partie essentielle de ce qui est nécessaire, garantissant que nos actions nous rapprochent de l'impact que nous espérons atteindre !

© Wim Werrelman 

Présidé par l'Ouganda, le groupe de travail international sur la grue couronnée grise est coordonné par Kerryn Morrison de la coopération International Crane Foundation (ICF) / Endangered Wildlife Trust (EWT) et est soutenu par deux coordinateurs régionaux : Dr Adalbert Aine-omucunguzi pour l'Afrique de l'Est et Dr Lara Jordan pour l'Afrique australe. La première réunion de ce groupe de travail s'est tenue en juillet 2019 à Entebbe, en Ouganda.  C'est là qu'un plan de mise en œuvre du plan d'action a été élaboré.  Depuis lors, des progrès significatifs ont été réalisés au cours des dernières années dans plusieurs des États de l'aire de répartition.  La clé de ce succès réside dans le fait que les grues couronnées grises traversent les frontières internationales et que de nombreuses stratégies appliquées dans une zone peuvent être adaptées à d'autres zones de leur aire de répartition.  Les possibilités de collaboration et d'apprentissage partagé sont énormes.

Afin de mieux comprendre les grues et de faire face aux menaces qui pèsent sur elles et leurs habitats, nous avons assisté à une intensification significative des efforts dans plusieurs pays.  La coopération entre l'International Crane Foundation (ICF)/Endangered Wildlife Trust (EWT) a renforcé son équipe et ses efforts, et se concentre désormais sur la conservation de la grue couronnée grise dans la région du Drakensberg en Afrique du Sud, autour des plaines de Kafue en Zambie, autour du marais de Rugezi dans le nord du Rwanda, dans le centre-sud et le sud-ouest de l'Ouganda et dans l'ouest du Kenya.  De même, l'Association rwandaise pour la conservation de la faune (RWCA) a intensifié ses efforts et, en plus de se concentrer davantage sur les grues à couronne grise dans tout le Rwanda, elle a créé le village d'Umusambi à Kigali, au Rwanda, comme sanctuaire pour les grues qui ne peuvent pas être relâchées dans la nature et comme centre d'éducation.  Les volontaires pour la conservation des grues sont toujours actifs autour du lac Ol'bolossat au Kenya, Nature Uganda est toujours actif dans le sud-ouest de l'Ouganda et la NABU a soutenu l'embauche d'un responsable de projet pour Nature Tanzania, qui se concentre sur l'ouest de la Tanzanie, le long de la rivière Kagera, entre la Tanzanie et le Rwanda. 

Il est intéressant de noter que le plan d'action national par espèce de l'Ouganda a été pleinement approuvé par le ministère ougandais de la faune, du tourisme et des antiquités, et que le plan d'action national espèce du Kenya est en phase finale de révision par le Kenya Wildlife Service.  Ces deux plans garantiront le soutien du gouvernement à la conservation des grues à couronne grise.

Beaucoup de choses ont également été réalisées du point de vue de la recherche et du suivi.  La coopération ICF/EWT dispose désormais d'informations de base sur la reproduction des grues et sur les tendances de la population sur chacun des sites de ses projets.  La sixième enquête annuelle au Rwanda, coordonnée par RWCA, montre une augmentation régulière du nombre de grues couronnées grises, avec 1 066 enregistrées lors de l'enquête de 2022 (contre 487 en 2017), et l'enquête aérienne annuelle menée par Ezemvelo KwaZulu_Natal Wildlife et la coopération ICF/EWT au-dessus du Drakensberg en Afrique du Sud a révélé que les grues couronnées grises sont toujours en augmentation.  Une enquête en Tanzanie, menée par NABU et Nature Tanzania, a confirmé que très peu de grues couronnées grises se trouvent en dehors des zones de conservation et que la chasse et le piégeage constituent toujours des menaces importantes.  BirdLife Zimbabwe a mené des enquêtes en 2018 et 2019, confirmant qu'il y avait encore des grues couronnées grises dans les Midlands, et de bons effectifs dans le Matabeleland (300) et les prairies de Driefontein (115).  Nous avons aussi maintenant des programmes de baguage de grues au Kenya, au Rwanda et en Afrique du Sud, avec des mouvements observés entre le Rwanda, la Tanzanie et l'Ouganda.

Pour mieux comprendre la menace que représentent les lignes électriques pour les grues couronnées grises en Afrique de l'Est, nous nous sommes appuyés sur l'expertise de l'Afrique du Sud et avons commencé à former des équipes en Ouganda pour développer des plans de surveillance afin d'obtenir des informations de base qui pourront être utilisées pour discuter des prochaines étapes avec les compagnies d'électricité de chaque pays.  La coopération ICF/EWT a également lancé un projet visant à remédier aux dommages causés aux cultures par l'empoisonnement des grues.  Outre les campagnes de sensibilisation, 72 fermes ont été soutenues en Ouganda par des mesures de dissuasion des dommages causés aux cultures par les grues, dont nous testons l'efficacité.  Nous espérons que l'une ou plusieurs de ces techniques auront un impact réel et que nous pourrons ensuite les appliquer à l'échelle de la région.

Des campagnes et des programmes d'éducation et de sensibilisation ont été organisés dans des zones clés pour les grues au Kenya, au Rwanda, en Ouganda, en Zambie et au Zimbabwe.  80 champions communautaires de la conservation des grues au Rwanda, 66 en Ouganda, 31 au Kenya et 33 au Zimbabwe ont été formés pour répondre aux urgences, surveiller les grues, accroître la sensibilisation aux grues, à leurs habitats et aux menaces qui pèsent sur elles, et décourager les activités nuisibles.  Cette stratégie a un impact réel, la productivité de la reproduction augmentant partout où des gardiens/champions de la grue sont en place.

© Daniel Buron

Au Kenya, au Rwanda, en Afrique du Sud et en Ouganda, un certain nombre de projets ont été mis en place pour soutenir les moyens de subsistance des communautés et améliorer les conditions de vie des personnes qui partagent les mêmes paysages que les grues.  BirdLife Zimbabwe a établi trois moyens de subsistance communautaires alternatifs et respectueux de la biodiversité dans les prairies de Driefontein, ce qui a permis de restaurer plus de 80 ha de zones humides. RWCA a mis en place des accords de conservation avec les communautés autour du marais de Rugezi au Rwanda, impliquant la collecte des eaux de pluie, l'accès à l'herbe fourragère, une étable commune moderne et une coopérative de couture pour les femmes.  Toujours dans le marais de Rugezi au Rwanda, la coopération entre l'ICF/EWT et le Collège polytechnique intégré du Rwanda - Kitabi, a permis de planter 21 ha d'herbe de Napier non invasive afin de réduire l'érosion du sol et de fournir du fourrage au bétail pour éviter aux familles de devoir récolter la végétation du marais, réduisant ainsi les perturbations pour les grues.  Dans le cadre de ce projet, 16 accords de conservation ont été signés avec les communautés locales et plus de 200 ménages ont participé au projet.  Au Kenya, la coopération ICF/EWT, en collaboration avec Community Action for Nature Conservation et le Kipsaina Crane and Wetland Conservation Group, a planté 60 000 plants d'arbres le long des zones tampons des zones humides afin de restaurer la zone tampon, a formé 66 personnes de trois groupes communautaires à l'apiculture moderne, et a formé 30 membres de la communauté à la gestion du thé et des pépinières et leur a fourni 60 000 plants pour commencer.  En Ouganda, la coopération ICF/EWT a signé des accords de conservation avec 248 ménages, en vertu desquels des options de subsistance, telles que des pommes de terre et des haricots grimpants, ont été fournies, y compris la formation et le mentorat, en échange d'une meilleure action de conservation dans la zone.

La coopération ICF/EWT pilote deux domaines d'intervention qui présentent un potentiel particulier pour avoir un impact positif sur les grues et les personnes dans leur aire de migration.  Le premier concerne les pratiques agro-écologiques qui incluent des techniques de conservation des sols et de l'eau et qui tiennent compte de la diversité des cultures dans un climat changeant et varié.  749 membres des communautés ont été formés en Ouganda, et 656 agriculteurs au Kenya.  Tout porte à croire que ce projet permettra de réduire l'empiètement sur les zones humides, les agriculteurs trouvant plus facile de cultiver hors de ces zones, avec une productivité et des revenus améliorés.  Le deuxième projet concerne l'intégration du planning familial et de la conservation.  En partenariat avec le Margaret Pyke Trust, l'hôpital de Rugarama et la London School of Hygiene and Tropic Medicine, un projet est en cours d'expérimentation dans le sud-ouest de l'Ouganda, qui intègre la conservation, les moyens de subsistance, la santé humaine et la santé génésique. Les premières indications suggèrent que les messages sont beaucoup plus forts et ont plus d'impact lorsqu'ils sont intégrés et qu'ils touchent un public beaucoup plus large que s'ils étaient séparés.

Le monde change, et les efforts de conservation doivent se tenir au courant des nouvelles menaces à mesure qu'elles apparaissent et que de nouvelles opportunités se présentent.  Les grues couronnées grises nécessitent une approche à facettes multiples et à parties prenantes multiples pour assurer leur avenir.  Les partenariats entre les gouvernements aux niveaux national et local, les ONG de conservation, les chercheurs, l'industrie agricole, la santé humaine, le secteur de l'énergie et d'autres sont tous nécessaires pour nous faire avancer dans une direction commune.  Nous sommes vraiment reconnaissants aux nombreux donateurs qui ont soutenu notre travail sur les grues couronnées grises jusqu'à présent, et pour leur soutien continu de notre travail.

Dernière mise à jour le 24 September 2022

Type: 
News item
Pays: 
Kenya
Rwanda
South Africa
Uganda
United Republic of Tanzania
Zambia
Zimbabwe
Threats: 
Climate Change
Habitat loss and degradation
Agriculture and aquaculture
Energy production and mining
Human Disturbance
Agriculture and hunting
Species: 
Balearica regulorum
Species group: 
Birds