Le saturnisme chez le gibier d’eau : 30 ans de progrès, mais il y a encore du travail !

Bonn, 15 juin 2021 - Il y a trente ans, le 13 juin 1991, une grande réunion internationale s'est tenue sur la façon d’éliminer l'empoisonnement des oiseaux d'eau par la grenaille de plomb toxique. À chaque fois qu'elle est utilisée, la grenaille se dépose sur le sol, tuant par la suite les oiseaux d'eau qui l'ingèrent. 

Organisée par l’International Waterbirds and Wetlands Research Bureau  (aujourd’hui Wetlands International), la conférence avait pour objectif d'examiner l'étendue des problèmes de saturnisme à travers le monde et d'identifier les solutions possibles.  Elle a conclu que « la seule solution efficace à ce problème, autre que l'arrêt de la chasse, était le remplacement de la grenaille de plomb par des alternatives non toxiques ».  Le résultat a été « l'engagement unanime de tous les groupes représentés [gouvernements, organisations non gouvernementales de chasse et de conservation], pour vaincre ce qui a été perçu comme un problème sérieux pour le gibier d'eau ».i

Ce résultat - l'élimination progressive de l'utilisation de la grenaille de plomb pour empêcher l'empoisonnement du gibier d'eau – a beaucoup stimulé la conservation au niveau international et national au cours des trois décennies qui ont suivi.

En fait, la question était déjà tellement d'actualité que les fondateurs de l'Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie (AEWA) ont inclus dès le départ, dans le texte de l'Accord la suppression progressive de la grenaille de plomb dans les zones humides, en tant que l'une des obligations juridiquement contraignantes pour les Parties à l'AEWA.

 En 1995, l'un des objectifs adoptés par l’AEWA était que ses signataires « s'efforcent de supprimer progressivement l'utilisation de la grenaille de plomb pour la chasse dans les zones humides d'ici l'an 2000 ».

Depuis lors, le sujet a également influencé un certain nombre d'autres traités internationaux de conservation.

En 2014, la Convention sur les espèces migratrices a décidé de « supprimer progressivement l'utilisation de munitions au plomb dans tous les habitats (zones humides et terrestres) en les remplaçant par des alternatives non toxiques dans les trois prochaines années ... », une décision approuvée plus largement par les membres gouvernementaux et non gouvernementaux de l'UICN en 2016 lors du Congrès mondial de la Nature.  En 2017, l'Assemblée du Programme des Nations unies pour l'environnement - l'organe décisionnel le plus élevé au monde en matière d'environnement – a également reconnu le risque présenté par les munitions au plomb et la nécessité de trouver des solutions.

 

 

Progrès

Certains pays ont réussi la transition vers une chasse non toxique. Par exemple, aux Pays-Bas, l'utilisation de la grenaille de plomb a été interdite en 1993, de même qu'au Danemark en 1996.  Cette suppression graduelle complète a été efficace.  Parmi les pays signataires de l'AEWA, en 2018, 31 % ont déclaré avoir totalement supprimé petit à petit l'utilisation de la grenaille de plomb dans les zones humides, et 12 % l'ont partiellement fait.ii

Début 2021, le Parlement européen a adopté les recommandations de l'Agence européenne des produits chimiques visant à interdire l'utilisation et la détention de grenaille de plomb dans les zones humides - une interdiction qui entrera en vigueur en février 2023.  

Ces dernières années, le Secrétariat de l'AEWA a activement contribué au processus qui a conduit à la décision des États membres de l'Union européenne dans le cadre de REACH, le règlement-cadre de l'UE sur les produits chimiques, et en a assuré le suivi. La décision historique de l’UE est conforme aux dispositions de l'AEWA et marque l'une des plus grandes réalisations en matière de conservation au cours des 25 ans d'histoire de l'Accord.

Une deuxième consultation est en cours concernant une proposition visant à éliminer progressivement le plomb dans d'autres types de munitions ainsi que dans les poids de pêche.

Les voies par lesquelles la grenaille de plomb toxique empoisonne la faune sauvage et mettent les humains en danger par le biais de leur alimentation. La transition complète vers la grenaille non toxique a été recommandée il y a 30 ans. © WWT

 

Mais les munitions au plomb constituent un risque permanent

Notre compréhension de l'étendue du problème et des risques qu’il présente a progressé au cours des 30 dernières années, depuis 1991 :

  • Si, historiquement, l'accent a été mis sur la menace que représente le dépôt de grenaille de plomb dans les zones humides, on sait aujourd'hui que les oiseaux en ingèrent par inadvertance et sont empoisonnés par de la grenaille gisant en-dehors des zones humides ;
  • On a retrouvé des oiseaux de proie et des charognards, victimes d'un empoisonnement secondaire, après avoir consommé des oiseaux d'eau empoisonnés, ce qui a eu des répercussions au niveau des populations de certaines espèces menacées ;
  • On comprend mieux aujourd'hui le sort des milliers de tonnes de plomb déversées chaque année dans le sol, et on est conscient de son absorption par les plantes et les animaux domestiques, ainsi que de son lessivage dans les eaux de surface ;
  • On comprend mieux aujourd'hui les effets sur la santé humaine de la consommation régulière d'animaux abattus avec des munitions au plomb – avec une préoccupation particulière pour la santé des enfants et des femmes enceintes en raison des effets neurotoxiques du plomb.

 

Solutions

La solution proposée en Europe par le Danemark et les Pays-Bas est simple, et a fait ses preuves : l'interdiction de toute utilisation de grenaille de plomb toxique le long des voies de migration. 

« En tant que représentant du gouvernement à cette réunion, j'ai été très heureux de voir que tous les groupes se sont mis d'accord pour vaincre ce grave problème pour la conservation des oiseaux d'eau et la santé humaine. C'était une étape importante dans une longue histoire et l'Accord de l'AEWA adopté en 1995 a clairement indiqué que la première priorité pour la conservation était d'interdire la grenaille de plomb dans les zones humides. De nombreuses Parties à l'AEWA ont déjà interdit l'utilisation des munitions à base de plomb dans les zones humides. Nous devons atteindre collectivement cet objectif et le mettre en œuvre tout au long de la voie de migration d'Afrique-Eurasie », déclare Jacques Trouvilliez, Secrétaire exécutif de l'AEWA.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter la page thématique de l’AEWA sur le plomb, le Lead Ammunition Hub ou contacter Sergey Dereliev, Chef de l’Unité de mise en œuvre scientifique et de conformité au Secrétariat de l’AEWA.   

 

Notes pour les rédacteurs :

  1. La façon dont la grenaille de plomb empoisonne les oiseaux :  les oiseaux d'eau tels que les canards n'ayant pas de dents pour broyer leur nourriture végétale, ils mangent du gravier qui reste dans leur estomac et agit comme une sorte de « papier de verre liquide ».  Lorsqu'une balle en plomb est ingérée, elle est broyée et empoisonne l'oiseau.  D'autres charognards ou oiseaux prédateurs, tels que les aigles, peuvent consommer des oiseaux d'eau dont les tissus contiennent des plombs de chasse, car ils ont été touchés mais pas tués par de la grenaille de plomb.  Ces oiseaux, dont la plupart ont déjà des populations réduites, sont donc également tués par le plomb.
  2. Les objectifs de la conférence du BIROE :  L'atelier a réuni plus de 100 participants de 21 pays, représentant des experts dans le domaine du saturnisme, des agences gouvernementales, des organisations de conservation et de chasse, et des fabricants d'armes et de munitions. Pour plus d'informations, veuillez consulter les actes d'un atelier de l'IWRB :  (Bruxelles, Belgique, 13-15 juin 1991) : Actes d’un atelier du BIROE : Le saturnisme et les oiseaux d’eau (Bruxelles, Belgique, 13-15 juin 1991).
  3. BIROE : Le Bureau International de Recherches sur les Oiseaux d'Eau et les zones humides a été fondé en 1954 en tant qu'organisation non gouvernementale indépendante promouvant la conservation et l'utilisation durable des oiseaux d'eau et des zones humides.  Il a joué un rôle déterminant dans la création de la Convention de Ramsar sur les zones humides et, en 1996, il a été intégré à la nouvelle organisation Wetlands International

i Pain, D.J. (ed.)  1992.  Lead poisoning in waterfowl.  Proceedings of an IWRB Workshop, Brussels, Belgium, 13-15 June 1991.  IWRB Special Publication No. 16.  105 pp.

ii Rapports nationaux à la septième Réunion des Parties à l’AEWA en 2018.

 

Dernière mise à jour le 08 July 2021

Type: 
News item
Threats: 
Pollution
Species group: 
Birds