Conserver les oiseaux d'eau dans la région sahélo-saharienne en Afrique

Rome, 10 mai 2017- Les partenaires du projet RESSOURCEréunis à Rome au siège de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) du 9 au 11 mai tiennent à souligner l’importance de la conservation et de l’utilisation durable des oiseaux d’eau migrateurs en Afrique sahélo-saharienne.

Les premiers résultats du projet semblent montrer que la chasse vivrière visant les oiseaux d’eau est loin d’être négligeable et qu’elle contribue à améliorer les conditions de vie des communautés locales. Ces oiseaux ont aussi une valeur culturelle élevée. Tout comme l’affirme le thème 2017 de la Journée mondiale des oiseaux migrateurs, « leur avenir est notre avenir » : La protection des oiseaux signifie également assurer un avenir durable et sain pour la planète et donc pour nous les humains également.

« La conservation des oiseaux migrateurs exige bien entendu une coopération internationale mais doit se traduire aussi au plus près des communautés locales. C’est notre grand défi pour contribuer tout à la fois aux objectifs d’Aichi et aux objectifs de développement durable. »

François Lamarque, vice-président du comité permanent de l’AEWA et membre du comité de pilotage du projet RESSOURCE

Le nom du projet, RESSOURCE, est l’acronyme français correspondant à « Renforcement d’Expertise au Sud du Sahara sur les Oiseaux et leur Utilisation Rationnelle en faveur des Communautés et de leur Environnement. » Les écosystèmes au cœur du projet se situent le long de la vallée du fleuve Sénégal, dans le Delta intérieur du Niger, autour du lac Tchad et dans certaines parties du Nil. Près d’un milliard de personnes dépendent de ces zones pour l’agriculture, l’élevage du bétail, la pêche et la chasse.

La participation de la FAO à ce projet démontre clairement l’importance que revêtent les oiseaux d’eau pour la sécurité alimentaire et socio-économique des populations vivant dans les zones humides, qui sont des écosystèmes vitaux mais très fragiles, sur lesquels pèsent des menaces humaines considérables, dont l’impact est exacerbé par la croissance des populations humaines et les risques associés au changement climatique mondial.

« La journée mondiale des oiseaux migrateurs contribue à sensibiliser et à convaincre tous les acteurs, du nord au sud, des enfants des villages aux décideurs politiques, que notre avenir est lié à celui des oiseaux. »

Jacques Trouvilliez, secrétaire exécutif de l’AEWA

Last updated on 11 May 2017

Type: 
News item